Vous êtes sur une page du site

 

 

Cliquez sur la bannière pour accéder à la page d'accueil du site

 

Le processus évolutif

de la connaissance

de notre Univers

Introduction au calendrier maya

page 3 de 3

par Richard DOYLE

 

Retour à la page 1 de 3

Retour à la page 2 de 3

 

Les cycles constituant le calendrier

 

Chacun des neuf cycles d’évolutions, ou inframondes, a été planifié et guidé depuis l’amorce du premier cycle il y a environ 16,4 milliards d’années, et selon les inscriptions que l'on retrouve sur la pierre de Coba, tous les cycles s’achèveront simultanément le 28 octobre 2011 ( selon Carl Johann Calleman).

 

Figure 6

Cliquez sur l'illustration pour l'agrandir

 

Cycles du temps en lien avec le calendrier Tun de 360 jours

et leurs correspondances dans le cycle du temps linéaire ( physique)

Inframonde Unité de mesure du temps    

Durée d'un cycle

13 cycles

7 jours et 6 nuits

Durée de l'inframonde

équivalent en jours du calendrier Grégorien

0

Kin

Base du calendrier Tzolkin

 

=

1 jour

x 13

=

13 jours ( intentions)

9

Universel

Uinal

=

20 Kin

x 13

=

260 jours (aspects)

8

Galactique

Tun

 Base du calendrier Tun

18 Uinal

=

360 jours

x 13

=

4680 jours / 12,8 années

(forme)

7

Planétaire

Katun

 20 

Tun

=

19.7 ans

x 13

=

256 années

6

National

Baktun

 20

Katun

=

394.23 ans

x 13

=

5125 années

5

Régional

Piktun

 20

Baktun

=

7,900 ans

x 13

=

102,700 années

4

Tribal

Kalabtun

 20

Piktun

=

158,000

x 13

=

2,05 millions années

3

Familial

Kinchiltun

 20

Kalabtun

=

 3,15 millions

x 13

=

40,95 millions années

2

Mammifère

Alautun

 20

Kinchiltun

=

 63,1 millions

x 13

=

820,3 millions années

1

Cellulaire

Hablatun

 20 Alautun

=

 1,26 milliards

x 13

=

16,38 milliards années

 

 

L’inframonde cellulaire

À l’époque de la découverte de la pierre de Coba, soit à la fin des années 1940, la connaissance scientifique de cette époque situait le Big Bang, et donc la naissance de notre univers matériel, dans une plage de temps variant entre 10 et 20 milliards d’années.

 

 

Aujourd’hui on le situe aux alentours de 15 milliards d’années. Peut-on spéculer que les prochaines découvertes scientifiques réalisées à l’aide d’instruments d’observation de plus en plus perfectionnés permettront de fixer l’époque du  Big Bang à la date précise mentionnée sur le calendrier maya, soit 16,4 milliards d’années?

Ce premier inframonde est lui-même subdivisé en 13 sections différentes, chacune d’elles ayant une durée de 1,26 milliard d’années.

Chacune de ces subdivisions est énergisée par la VOLONTÉ et porteur d’une INTENTION particulière. Ce cycle se nomme CELLULAIRE, car il a pour objectif de produire les premières cellules vivantes. Ainsi, lors de l’amorce du 7e et dernier jour de cet inframonde, il y a 1,26 milliard d’années, les premières cellules vivantes apparurent sur la Terre.

 

 

Avant cela, le Divin était très occupé à créer en opérant dans le mode d’expérimentation qui est particulier à ce cycle, soit action / réaction. Action et réaction chimique, gravitationnelles, frictionnelles. Toute les lois de la physique que l’on connaît et utilisons aujourd’hui sont la CONNAISSANCE du mode opérationnel que la VOLONTÉ utilise dans cet inframonde et qui lui sert à créer notre environnement matériel.

 

L’inframonde  mammifère

Le second inframonde a débuté il y a 820 millions d’années et lui aussi se doit de traverser les 13 étapes qui l’amèneront à créer le premier mammifère. Chacune des 13 subdivisions a une durée de 63,4 millions d’années qui d’étape en étape a permis de développer les premiers mammifères, et ce, à partir des premières cellules individuelles apparues lors du 7e jour du cycle cellulaire.

 

On peut donc déjà observer deux choses. D’abord qu’il y a une diminution de la durée du temps que met le créateur à franchir une seul des 13 étapes (63,4 millions d’années au lieu de 1,26 milliard), et par conséquent qu’il y a une accélération du mode créatif. Ainsi, on sera plus en mesure de constater que durant les périodes qui constituent le cycle planétaire (1755), ce qu’on mettait 19.7 ans à créer, ont le créé présentement, à l’intérieur du cycle galactique (2007), en 360 jours.

On note ensuite, qu’il est nécessaire de franchir tout le processus des 13 étapes d’un inframonde avant que puisse s’amorcer la création du suivant à partir de l’intégration de la CONNAISSANCE de l’environnement par l’INTELLIGENCE DIVINE, duquel émerge la LUMIÈRE de la compréhension, duquel émerge les PENSÉES DIVINES, duquel émerge les ACTIONS créatives. On peut constater ce fait en observant que la totalité du temps nécessaire à réaliser le but de l’inframonde mammifère ( 820 millions d’années) prend facilement place dans le 7e et dernier jour de l’inframonde cellulaire ( 1,26 milliard d’années) (voir figure 7). Dans tous les cas d’évolution d’un inframonde, les évènements se produisant au moment des premiers instants constituant le 7e jour d’un cycle sont ceux qui nous permettent de constater le résultat produit par le déroulement du processus évolutif. De plus, il nous donne de sérieuses indications sur la nature de notre prochain cycle de développement de la CONNAISSANCE de notre environnement qui va émerger.

 

Figure 7  

Cliquez sur l'illustration pour l'agrandir

 

Le mode d’expérimentation qui est particulier à l’évolution de l’inframonde mammifère est appelé stimulation/réponse de groupe qui est associé à la notion de l’essaim, du nid, du troupeau, puisque toute la CONNAISSANCE de cet inframonde est basée sur l’intégration d’une cellule individuelle au sein d’une collectivité afin d’en assurer la survie.

On peut ici faire un autre constat. Chaque niveau ou inframonde de CONNAISSANCE de notre environnement sert à établir des lois ou des règles de fonctionnement qui constitueront les fondations sur lesquelles le prochain inframonde pourra se construire et se développer. L’un ne peut exister sans l’autre. C’est ici que la notion de SURVIE prend toute son importance et que chacun des cellules ou individus crée lors d’un cycle se doit d’assumer. Sinon, il n’aura plus aucun survivant témoin de l’expérimentation du dernier cycle évolutif et porteur de la CONNAISSANCE de l’environnement accumulée au cours de ces millions d’années et sur laquelle l’on pourra bâtir le cycle évolutif suivant.

 

L’inframonde familial

Le 3e inframonde a débuté il y a 41 millions d’années. Chacune de ces 13 phases a une durée de 3,2 millions d’années qui l’amèneront à développer la cellule familiale, et ce, à partir des premiers mammifères apparus lors du 7e jour du cycle mammifère.

Les singes sont apparus au tout début de l’amorce de ce cycle il y a environ 40 millions d’années. Ce sont principalement eux qui ont expérimenté le mode appelé stimulation/réponse individuelle basé sur l’intégration d’un individu au sein d’une famille, ou d’un clan, afin d’en assurer la survie.

 

 

Tous au long de chacune des 13 phases de ce cycle, les singes et leurs ancêtres, et leurs ancêtres, et leurs ancêtres, ont construit le concept de la famille. Ce processus évolutif nous amène au 7e jour de ce cycle et à l’émergence des premiers grands singes bipèdes, et donc à la reconnaissance de l’individu, et par conséquent de l’émergence de la personnalité. Encore une fois, c’est un outil permettant d’assumer la survie, mais cette fois de l’individu. En tant qu’individu autonome, on a beaucoup plus de flexibilité et de choix pour assurer notre propre survie plutôt que d’être l’un du clan qui doit obéir aux choix faits en fonction de la survie du clan.

 

L’inframonde tribal

Le 4e inframonde, « le tribal », a débuté il y a 2,2 millions d’années. C’est la période que l’on appelle « la Préhistoire ». Chacune des 13 phases d’une durée de 160,000 ans a vu se développer progressivement les premiers êtres humains, et ce, à partir des premiers grands singes bipèdes sans queue, les australopithèques[20], qui apparurent lors du 7e jour du cycle familial. À ce stade du processus évolutif de la connaissance de notre environnement, on peut constater que l’évolution sur Terre respecte très précisément le calendrier établi par le Créateur.

Tous au long de chacune des 13 phases de ce cycle les grands bipèdes et leurs ancêtres, et leurs ancêtres, et leurs ancêtres ont construit les bases de ce qui deviendra l’Être humain. Ce processus évolutif nous amène au 7e jour de ce cycle qui vit l’émergence des premiers homo sapiens, et donc l’émergence des facultés intellectuelles.

 

La préhistoire - vision d'ensemble : Copyright NeeKoo pour Hominides.com

Schéma Copyright Neekoo pour Hominides.com

Cliquez sur le schéma pour accéder à l'article "La préhistoire - vision d'ensemble"

du site

Merci à Christian Régnier pour sa cordiale autorisation nous permettant d'utiliser ce schéma

 

Le mode d’expérimentation, et donc de survie, qui est particulier à l’évolution de l’inframonde tribal est appelé similitude et différenciation, puisque toute la CONNAISSANCE de l’environnement de cet inframonde est basée sur le développement des facultés cérébrales. L’utilisation de ces facultés comme outil nous permet de percevoir les similitudes et les différences qui existent entre les choses et les circonstances. On ne se contente plus de réagir en se défendant avec nos crocs et nos griffes, on peut dorénavant décider, faire un choix.

 

L’inframonde régional ou culturel

Il y a 102 000 ans, on a commencé l’expérimentation du 5e inframonde, le « régionale ou culturel ». Chacune de ces 13 phases d’une durée de 7,900 ans a vu le développement de l’être humain ainsi que de ces facultés intellectuelles, et ce, à partir du développement des premiers cerveaux humains qui apparurent lors du 7e jour du cycle tribal.

Tous au long de chacune des 13 phases de ce cycle les homo sapiens et leurs ancêtres ont construit les bases de ce qui deviendra l’être sociable, ou civilisé. 

Ce processus évolutif nous amène donc au 7e jour de ce cycle qui vit l’émergence de l’agriculture, et donc de la sédentarisation, engendrant ce qu’on appel des civilisations regroupées en société ayant comme base l’acquisition et le partage de connaissance commune, ce qu’on appel la culture.

 

 

Le mode d’expérimentation, et donc de survie, qui est particulier à l’évolution de l’inframonde régional, ou culturel, est appelé la raison, puisque toute la CONNAISSANCE de l’environnement de cet inframonde est basée sur le développement des facultés intellectuelles.

Dans le contexte de cette recherche associé à l’énergie émanant de la constellation de La Lyre et de son étoile alpha, Véga, il est intéressant de noter que cette dernière fut notre étoile polaire durant la période correspondante à la 6e nuit du cycle régional. 

Les Maîtres nous enseignent que La Lyre est le siège de grands penseurs, duquel est issu la pensée créatrice qui est le véhicule qui contient " l'idée " de la forme, ce qu'on appelle une pensée semence.

illustration courtoisie de Tau'olunga - Wikipédia

 

On ne se contente plus de comparer les choses pour faire un choix, mais l’utilisation des facultés intellectuelles, comme outil, nous permet de trouver une raison à l’existence des choses.

On peut donc imaginer il y a de ça 102 000 ans, au fond d’une grotte, un groupe de gens réuni autour d’un feu, et que l’un d’eux, celui qu’on appellera éventuellement le shaman, se lève et se mettre à parler (émergence des premières formes de langage) de la raison d’être des choses qui constituent leurs environnements autant matériels que subtils. Il parle de la raison d’être de la pluie, des étoiles, de la Lune et du feu; il avait une raison, une explication divine sur l’existence de toutes choses constituant leurs environnements. Ce partage de la raison d’être des choses qui constitue l’environnement d’un groupe d’individus est la base de toute culture permettant de définir le tissu social d’une civilisation.

 

L’inframonde national

Examinons maintenant l’émergence du 6e inframonde, qui remonte à 3115 ans av. J.-C., et qu’on appelle « national » à cause que la CONNAISSANCE de notre environnement des nations modernes, et donc notre culture contemporaine, émerge de ce cycle évolutif. C’est le cycle du développement de la civilisation.

Chacune de ces 13 phases d’une durée de 394 ans a vu se développer les règles qui régissent les nations, et ce, à partir du développement des premières sociétés qui apparurent lors du 7e jour du cycle régional, ou culturel.

C’est également au alentour de 3115 av. J.-C. que le Roi fondateur de la 1re Dynastie des pharaons, Menei (Ménès en grec), associa les deux cultures du Nil, celle du royaume du Haut et celle du royaume du Bas du Nil, pour former la première grande nation appelée Égypte[21]. C’est également durant la période du règne du pharaon Menei que se développa l’écriture hiéroglyphique.

 

4000 ans av. J.-C.

3115 av. J.-C.

 

Déjà, on retrouvait en Mésopotamie les premières traces d’une forme d’écriture qui remontent aux alentours de 4000 ans av. J.-C., ce qui correspond au 7e jour du cycle régional ou culturel, ce 7e jour contenant les embryons qui vont se développer dans le cycle suivant. L’écriture est l’une des premières règles qui apparurent tout au début du cycle national, car les sociétés se dotèrent de règles leur permettant de retranscrire leurs CONNAISSANCES de leurs environnements, et donc de pouvoir éventuellement les partager avec toutes les autres sociétés. Pour cette raison, c’est la période que les historiens on appeler « l’Histoire », qui est l’étude des faits connus, et donc documentés, de leurs raisons d’êtres et des évènements qu’ils ont provoqués et qui ont marqué le passé d’Êtres vivants au sein d’une collectivité que l’on appelle la race humaine, et qui est localisé dans un environnement matériel situé sur un astre que l’on appelle la Terre.

Depuis, le concept de la nation a évolué en créant les principes des frontières, des armées, des institutions religieuses, culturelles, politiques et économiques.

Le mode d’expérimentation, et donc de survie, qui est particulier à l’évolution de l’inframonde national, est basé sur les LOIS, puisque toute la CONNAISSANCE de l’environnement de cet inframonde est basée sur le développement de règles de conduite. On ne se contente plus de trouver une raison à l’existence des choses, ce qui constitue l’essence divine de notre environnement, mais on définit les lois de la physique qui les régentent, d’où le développement de la science qui trouve une raison matérialiste à l’existence de toutes choses.

On définit également des lois régentant le comportement des gens qui composent les nations. On définit ce qui est bien et ce qui est mal, ce qui est un crime et les sanctions qui en découlent. Assez bizarrement, les écrits de la Bible hébraïque mentionnent que c’est au alentour de 4000 ~ 3000 av. J.-C. qu’Adam et Ève furent expulsés du jardin d’Éden pour continuer leur expérimentation de la vie dans l’environnement de la CONNAISSANCE du bien et du mal.

 

 

Dans le cycle régional, ou de la culture, le bien et le mal n’existaient pas, il n’y avait qu’une raison à nos actions. Il y avait certainement des conséquences à nos actions, mais elles étaient imposées par les forces divines de la nature, et non par une loi imposée par l’humain.

 

L’inframonde planétaire

L’émergence du 7e inframonde remonte à 1755, il se nomme « planétaire » à cause que la CONNAISSANCE des « forces » énergétiques régissant notre environnement émerge de ce cycle évolutif. La mise en application de la connaissance concernant la force gravitationnelle, la force hydraulique et la vapeur, la force électrique, la force combustible et la force atomique permirent de développer l’industrialisation[22], alors que la machine vient graduellement exécuter le travail fait par les animaux et les humains.

 

 

UNE VISION DIFFÉRENTE DE LA VIE

La médecine [22a], dans la culture des Indiens d'Amérique, c'est le "pouvoir" de faire le bien, tant pour les individus que pour la communauté.

Le "pouvoir" s'acquiert par la connaissance et la compréhension des "forces" qui gèrent le monde, et donc, de notre environnement.

Pour eux, la santé, c'est simplement une façon de vivre dans la connaissance et le respect de ces "forces"

 

Voir l'article

Un appel à partager une relation spirituelle avec la nature

 

 

Chacune de ces 13 phases d’une durée de 19,7 ans a vu se développer la connaissance des énergies qui agissent à l’intérieur notre système planétaire, et ce, à partir du développement des premières LOIS de la physique moderne qui apparurent en 1617 lors du début du 7e jour du cycle national. On peut remarquer que c’est entre 1618 et 1621 que fut publié le livre l’Epitome Stronomiae Copernicanae (Abrégé d’astronomie copernicienne), qui rassemblait en un seul volume toutes les observations et découvertes de Johann Kepler, dont ces trois lois permettant de calculer le mouvement des planètes autour du Soleil.

 

 

Ce livre devient donc le premier manuel d’astronomie basé sur les principes coperniciens qui font du Soleil le centre de l’âme de l’univers. Le Soleil devient alors le détenteur du « pouvoir » lui permettant d’influencer et d’exercer son autorité sur tous les astres cohabitants notre système planétaire. C’est également durant cette période qu’Isaac Newton publia en 1687 son ouvrage Les Principes et dans lequel il expose les LOIS générales du mouvement et de la gravitation universelle : celle de la force (puissance) d’attraction, la pesanteur, qui s’exerce entre tous les corps constituant notre environnement céleste.

 

 

Une fois que ces bases furent établies, l’inframonde « planétaire » pouvait émerger en 1755. Déjà à cette époque, la CONNAISSANCE de notre environnement céleste défini lors du cycle national fut ébranlée par les écrits d’Emmanuel Swedenborg, de Thomas Wright et d’Emmanuel Kant qui venaient tous de formuler des théories sur la formation des galaxies qui se rapprochent de celles émises par nos contemporains. Dans ces premières visions de notre environnement galactique, le Soleil perdait son titre de détenteur du « pouvoir » ultime et centralisé pouvant influencer le mouvement des astres.

 

Swendenborg

Wright

Kant

 

Voir l'article " La Demeure de Dieu"

 

 

Le mode d’expérimentation, et donc de survie, qui est particulier à l’évolution de l’inframonde planétaire, est basé sur la « puissance », puisque toute la CONNAISSANCE de l’environnement de cet inframonde est basée sur le développement de l’utilisation des forces énergétiques émanant de la nature et qui génèrent de la puissance. Ce développement a eu des répercussions sur notre comportement en venant modifier la perception que l’on a de notre pouvoir d’influencer et d’exercer une autorité sur quelque chose. On ne se contente plus de réglementer le comportement des gens, mais on veut les contrôler et les influencer par la puissance que l’on exerce sur eux. On se rend graduellement compte qu’on n’est pas des êtres isolés, mais qu’a l’instar de tous les astres de notre environnement célestes, nous sommes tous en constante interaction énergétique avec la totalité des éléments constituant notre entourage.

Le Créateur a inscrit au calendrier que l’année 1992 marquait le début du 7e jour du cycle planétaire, permettant ainsi d’entrevoir ce que nous réservait l’émergence du prochain inframonde, le galactique. Cette période fut marquée par l’émergence de deux événements majeurs. D’abord la naissance d'Internet tel que nous le connaissons aujourd'hui et ensuite par la mise en opération du télescope spatial Hubble.

L’inframonde galactique

Depuis le 5 janvier 1999, on vit le cycle évolutif dit Galactique, qui vient recouvrir la couche de l’émergence de « l’industrialisation » (256 ans), et celle de l’émergence la « civilisation » (5125 ans). Ainsi, le temps s’est mis à s’écouler vingt fois plus vite pour la troisième fois de notre mémoire collective! Ce 8e Inframonde est d’une durée de 12,8 ans et culmine également, comme tous les autres Inframondes, en 2011.

Le mode d’expérimentation, et donc de survie, qui est particulier à l’évolution de l’inframonde galactique, est « l’Éthique ». L’acquisition de la CONNAISSANCE de notre environnement ne se limite plus à la « connaissance de soi ». Tout ce qui constitue notre environnement en fait également partie : l’ordinateur sur lequel vous lisez ce texte en fait partie, l’air que l'on respire en fait partie, les arbres en font partie, le Soleil en fait partie, notre Galaxie en fait partie. La CONNAISSANCE de notre environnement couvre la totalité de la création, elle ne se limite pas uniquement aux gens. Donc, la CONNAISSANCE de l’environnement de cet inframonde est basée sur le développement de notre perception de la GLOBALITÉ comme étant un TouT unique, nous permettant ainsi de vivre l’expérience de la totalité au sein d’une communauté d’ampleur galactique. Toutes les énergies émanant de l’interaction des différentes constituantes de cette grandiose communauté d’âme sont inséparables et interconnectées, se définissant ainsi comme une totalité dynamique dépendant inévitablement de l’ensemble du système, le TouT, dont rien ne peut être dissocié, pas même l’observateur. Toute cette dynamique d’interaction énergétique est ce qu’on appelle l’Éthique.

Dans ce sens, il est nécessaire de percevoir le terme Éthique différemment de son association avec les notions plus primaires de la morale et de la déontologie, puisque l’Éthique devient au terme de notre évolution dans l’Univers physique, et donc après avoir gravi les 9 échelons de notre expérimentation dans la forme matérielle, le passeport pour ceux d’entre nous qui sont des êtres pacifiques et éveillés et qui pourront pénétrer dans le prochain Univers, le spirituel, celui de l’Âme. Nous entrerons alors en contact avec des êtres plus évolués, ceux qui depuis des millénaires ont patiemment agi sur nos cultures pour nous permettre d’évoluer, et ainsi les rejoindre.

Ce cycle qui s’amorça le 5 janvier 1999 fut marqué par l’émergence du « bogue de l’an 2000 ». C’est à ce moment que fut implanté dans nos esprits l’idée que nos systèmes matériels, qui alimentent notre FONCTION MENTAL CONCRÈTE (associé à Jupiter et Saturne), et sur lesquelles ont se fit pour survivre, n’étaient pas si fiable. L’outil indispensable pour survivre, et donc qui nous permettras de s’adapter aux nouvelles conditions de vie, est l’INTUITION ( associé à Neptune... le MENTAL INTUITIF... alors que l'INTUITION à l'état pur est associée à Quaoar). Le développement de cette faculté nous permettra d’approfondir nos relations avec ce qui fait partie présentement de notre inconscient et nous offrira l’opportunité d’expérimenter et de développer notre INTUITION spirituelle, ou notre hypersensibilité mystique, ce qui nous permettra d’ÉTABLIR LE CONTACT avec la totalité des dimensions constituant notre « réalité », ainsi qu’avec les êtres qui les habitent. L’INTUITION nous permet d’avoir une vision instantanée d’une « forme pensée-énergie » contenant de l’information sur une connaissance, une vérité ou une réalité, et qui se présente à notre esprit avec la clarté d’une évidence, ce qu’on appelle un « pressentiment ». Le développement de cette faculté nous permet alors de percevoir ce qui est indémontrable par un raisonnement analytique et rationnel (associé à Jupiter et Saturne), nous donnant ainsi l’opportunité d’accéder directement à la CONNAISSANCE de notre environnement, et donc d’obtenir des réponses à toutes choses[23].

"Avec l’intellect et le coeur, nous avons des instruments utiles, indispensables, mais ils sont insuffisants pour nous guider sur tous les chemins de la vie que nous avons à parcourir. Pour parcourir ces chemins, nous avons besoin de développer une troisième faculté : l’INTUITION.

 L’intuition s’apparente à l’intellect dans la mesure où elle est une forme d’intelligence, et elle s’apparente au coeur dans la mesure où elle est une forme de sensation, mais c’est une intelligence et une sensation qui se situent sur des plans supérieurs. 

Vous direz : « Mais cette faculté dont vous nous parlez, c’est la clairvoyance ! ». Non, on fait actuellement grand cas de la clairvoyance, on fait beaucoup de bruit autour d’elle. C’est une faculté bien réelle, mais qui permet seulement de voir le côté objectif (formes, couleurs, mouvements) du plan astral et du plan mental. Vous pouvez être clairvoyant et ne rien comprendre à ce que vous voyez, car vous ne savez pas l’interpréter. Cela ne vous avance donc à rien, et c’est même dangereux.

Tandis qu’avec l’INTUITION, vous ne voyez peut-être rien, mais vous comprenez les choses beaucoup mieux que si vous les voyiez, car vous les vivez, vous les sentez."

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

L’INTUITION nous permet d’être consciemment en contact avec la source de toute la Création ( voir la figure 8). Source de laquelle se déverse la CONNAISSANCE GLOBALE qui nous est retransmissent par l’intermédiaire d’éléments qui ont comme rôle de transformer, ou abaisser le taux vibratoire de l’énergie primaire émanant de la source ultime, nous dévoilant ainsi graduellement le « plan divin » de la création.

 

Il y a dans le mental de Dieu un plan incluant toutes les créatures de ses immenses domaines, et ce plan est un dessein éternel d’occasions favorables sans bornes, de progrès illimité et de vie sans fin. Et les trésors infinis de cette carrière incomparable récompensent vos efforts! ( Livre d’Urantia 365~3)

 

Figure 8  

Cliquez sur l'illustration pour l'agrandir

 

C’est pour cette raison qu’on appel ce cycle « galactique » car c’est durant ce cycle évolutif que la CONNAISSANCE de notre environnement galactique va se développer à un rythme absolument prodigieux, alors qu’on découvrira beaucoup, beaucoup, beaucoup plus rapidement que jamais auparavant des choses concernant notre environnement. Puisque l’on est en 2007, et déjà à l’intérieur du 5e jour du cycle galactique, on est en mesure de constater cet état de fait sur le plan matériel : cartographie de notre galaxie, découverte des premières planètes hors de notre système solaire (exoplanètes), compréhension du processus commun de la formation des systèmes planétaires de notre galaxie, découverte de l’existence d’un trou noir au centre de notre galaxie, plus grande compréhension du cycle de vie des étoiles. On peut également constater cet état de fait sur le plan spirituel, alors que le mardi 17 juillet 2007 à 11:11, heure de Greenwich, il se produisit un fait marquant associé à l’expérience du TouT, alors que l'HUMANITÉ fut invitée à participer à un évènement sans précédent visant la revitalisation de notre Terre-Mère en allumant sa grille[24]. Cette grille, que possèdent toutes les entités peuplant notre univers, et donc nous tous, est la structure énergétique qui nous permet de se connecter au TouT et de vivre l’expérience de la totalité au sein d’une collectivité.

Chacune des 13 phases constituant le cycle galactique est d’une durée d’uniquement 360 jours et verras se développer notre connaissance à partir des premiers évènements qui apparurent en 1992 lors du début du 7e jour du cycle planétaire. L’un de ces évènements fut la naissance d'Internet tel que nous le connaissons aujourd'hui : un réseau unique permettant de relier une multitude de réseaux et parlant le même langage, connu sous le nom de norme TCP/IP (Transmission Control Protocol/ Internet Protocol) qui permet à des ordinateurs différents de communiquer aisément entre eux.

 

Également, sur le plan de l’astronomie, l’une des plus grandes découvertes de la fin du XXe siècle se produisit en août 1992, lorsque Jane Luu et David Jewitt découvrirent le petit astre 1992QB1. Ils venaient de découvrir le premier objet appartenant à un nouvel essaim de planétoïdes et d’astéroïdes situé au-delà de Neptune, et qui allait devenir le disque d’Edgeworth-Kuiper.

 

 

Cette découverte est l’événement qui marqua l’amorce du processus qui nous conduira jusqu’en 2006, alors que l’Union Astronomique International effectua une mise à jour générale de la CONNAISSANCE que l’on avait de la structure de notre système solaire. En effet, c’est cette année-là que la planète Pluton fut reclassée dans une nouvelle catégorie, celle des planètes naines. L’UAI inséra également dans cette catégorie le premier astéroïde qui fut découvert en 1801, Cérès qui orbite entre les planètes Mars et Jupiter, et le planétoïde Éris qui orbite aux confins du disque de Edgeworth-Kuiper.

C’est également à cette époque, en 1993, que le télescope spatial Hubble entra en fonction, et ce, après trois ans d’attente causée par un problème d’optique rendant totalement inutilisable le TSH.

 

 

C’est tout de même bizarre que le TSH ne put être en mis en fonction en 1990, et donc prématurément par rapport au début du 7e jour du cycle planétaire. Est-ce encore une fois un tour du hasard? On sait maintenant que le TSH se révéla être le meilleur instrument d’investigation et de découverte de notre environnement céleste. Il fut au dire de ses concepteurs à l’origine d’une révolution scientifique comparable à celle provoquée par Galilée il y a quatre siècles, mais cette fois-ci, on se situait sur le calendrier maya à l’aube de l’émergence de l’inframonde galactique.

Internet nous permettait d’entrevoir différemment notre manière de communiquer et de partager la CONNAISSANCE, et ce, à un niveau planétaire; la découverte d’un nouvel objet céleste nous permettait d’entrevoir différemment la structure de notre système solaire; le TSH nous permettait d’entrevoir différemment notre Univers. On remarque qu’en 1992 le processus marquant le développement de la CONNAISSANCE GLOBAL, ou galactique, était amorcé. Encore une fois, on peut constater soit qu’on a une séquence de coïncidence qui dure depuis 16,4 milliards d’années, ou que notre cycle évolutif est conforme au calendrier établi par le Créateur.

Lorsque j’utilise l’expression CONNAISSANCE GLOBALE, je m’inspire du titre et du contenu de l’un de mes articles : l’ÈRE DE LA CONNAISSANCE, qui est celle du Verseau. Mais également, j’ai en mémoire l’enseignement des Maîtres que Guylaine Côté et moi même avons retranscrit dans notre article sur LA LYRE.

L’une des informations très précises que nous donne le calendrier maya, c’est la date exacte du début du 8e Inframonde, soit le 5 janvier 1999. Et au Québec, cette journée-là, le Soleil était très exactement en conjonction, sur le plan astrologique, avec l’étoile alpha de La Lyre, Véga, à 21 h 33. On peut noter que 21h = 9h = 3 x 3 = 3 entités ~ corps, âme, esprit ~ eux mêmes trinitaires et constituant les 9 niveaux d'évolutions permettant d'acquérir la connaissance totale.

 

L'inspiration de Véga de La Lyre

 

Les Maîtres nous ont enseigné que La Lyre est le siège de grands penseurs, car le Verbe (SAGESSE), qui est issu de la pensée créatrice (VOLONTÉ), est le véhicule qui contient « l'idée » de la forme (les 360 jours du calendrier Tun), ce qu'on appelle une pensée semence[25]. La Lyre est donc l'instrument d'une cohorte de dieux, de déesses et de maîtres ascensionnés qui surplombent La Lyre. Ils s'y rassemblent tous pour laisser échapper leurs émanations, leurs CONNAISSANCES, qui nous seront retransmises à travers le flot d'énergie irradiant de La Lyre.

Le signe du « Vers Eau », c’est le signe de l’Homme qui « déverse » toute la CONNAISSANCE accumulée dans la mémoire collective. Ainsi, lorsque les Maîtres nous ont dévoilés en novembre 2005 que l'énergie de La Lyre se déversait sur l'humanité depuis des milliards d’années et que janvier 2006 marquait le début d'un très grand déversement, cela coïncidait avec l’amorce de la 4e nuit de l’Inframonde galactique, soit le 29 novembre 2005, nous annonçant que de nouvelles connaissances étaient prêtes à nous être transmissent et qu’elles émergeraient pendant le 5e jour[26], soit entre le 24 novembre 2006 et le 19 novembre 2007. Par conséquent, cette 4e nuit du cycle galactique marqua l’inauguration de l’Internet galactique et donc de la possibilité de se connecter à une grille de communication nous permettant d’utiliser une seule forme de langage (intuitif et télépathique) qui nous permettrait de communiquer aisément avec tous les êtres peuplant notre environnement galactique, devenant ainsi l'occasion et l'amorce de nombreuses découvertes, et ce, dans tous milieux confondus. Ce qui nous amènera à la possibilité d’accéder à la CONNAISSANCE GLOBALE, ou universelle, de notre environnement céleste. Ce qui fera l’objet du 9e et dernier cycle évolutif.

L’inframonde universel

Le 11 février  s’amorcera l’Inframonde universel, qui viendra recouvrir la couche de l’émergence « galactique » (12,8 ans).

( ou, toute conscience étant en évolution ~ voir note explicative de Carl Johan Calleman, janvier 2011 ~ qui mentionne, que le 11 février 2011 est le début (1 Imix) d’un nouveau tour de Tzolkin de 260 jours, mais que le 9 mars 2011 est le début de la 9ème onde ou Inframonde universel de 234 jours.) 

Ainsi, le temps s’écoulera vingt fois plus vite pour la quatrième fois de notre mémoire collective! Ce 9e Inframonde ou vague sera d’une durée d’uniquement 260 jours, et il culminera comme tous les huit autres inframondes le 28 octobre 2011.

260 jours, c’est le nombre de jours que comporte le calendrier Tzolkin. Comme il fut mentionné précédemment, la particularité de ce calendrier c’est qu’il est constitué de deux composantes. La première étant accouplée au Créateur de l’Univers et constitué de 13 INTENTIONS ou VOLONTÉS. La seconde étant formée de 20 différents ASPECTS de la création ou SAGESSES qui constituent l’ensemble de la CONNAISSANCE concernant nos environnements divin et humain que l’on a acquise durant les 16,4 milliards d’années que dure le processus évolutif d’expérimentation des 9 Inframondes qui sont en « résonance » avec l’énergie divine de la VOLONTÉ et de la SAGESSE.

 

 

Ainsi, la CONNAISSANCE de l’environnement de ce 9e inframonde est basée sur le développement de notre perception d’être un CO-CRÉATEUR. Même si généralement on n’en est pas conscient, on est déjà un CO-CRÉATEUR. Par exemple, si vous n’étiez pas là où vous êtes présentement à lire cet article, vous ne vivriez pas la même expérience environnementale. Ainsi, ce cycle d’évolution très rapide de 260 jours favorisera le développement des facultés qui nous permettront de CRÉER CONSCIEMMENT NOTRE RÉALITÉ, et le 28 octobre 2011, ces nouvelles facultés nous permettront d’évoluer sur un autre niveau de notre réalité.

Cliquer sur l'illustration

Cette vidéo présente exactement notre entrée dans le 9e inframonde, alors que l'on prend conscience de notre potentiel d'être un co-Créateur. La radiation de lumière qui va émaner de chacun d'entre nous... sa source est déjà en nous, c'est notre noyau rayonnant. Si cette source n'était pas en nous... on ne serait pas. Notre noyau rayonnant correspond à la 1er dimension de conscience.

Illustration de base, Sabine Jeangérard

Extrait du livre "Les Nouvelles Frontières de l'astrologie", chapitre 14, page 241. (novembre 2005)

... c'est la dimension la plus profonde de notre être, dans laquelle on retrouve un noyau, une étincelle de lumière qui ressemble à une étoile lumineuse, duquel émane une vive lumière multicolore qui rayonne à l'infini.

À l'instar de tout centre cosmique, tels le Soleil et le Centre galactique, notre noyau rayonnant occupe le centre du mandala de l'Être. Il est notre point d'origine, qui contient l'essence primordiale qui nous habite, et qui nous provient de celle de l'Un.

Bien que l'on soit généralement inconscient (ce qui vas changer en 2011 et par votre lecture de ce texte) de son existence, il fonctionne, et c'est son rôle de nous faire croître, changer, nous développer et évoluer graduellement dans les différentes dimensions de notre réalité qu'expérimente notre Être. Il est donc la source qui génère l'expansion de notre conscience, nous amenant graduellement à un niveau de réalité englobant le temps et l'espace tout entier, puisque c'est notre "étincelle" qui nous donne la possibilité de nous relier instantanément à la source de la connaissance ultime et globale, nous permettant ainsi de voir, de connaître et de percevoir toutes choses de notre environnement. Nous nous sentons alors plus connectés aux évènements et plus liés les uns aux autres (voir le texte - 2011, l'Union  ), allant jusqu'à générer en nous le sentiment d'être en symbiose avec le Créateur.

De plus, puisque notre noyau rayonnant est constitué d'essence lumineuse éternelle, ce qui correspond au ka de la croyance spirituelle égyptienne, c'est donc lui qui nous permet d'exister hors de l'incarnantion physique - du temps, de l'espace, et même du concept de l'âme. Il est nous, notre "Moi unique" avant, aujourd'hui et demain, étant notre véritable identifé et individualité. 

 

 

Vous retrouverez sur le site "Du Ciel à la Terre"

un article qui traite de notre étincelle divine, notre noyau rayonnant.

"Nourrir notre Partie Divine"

Cliquez sur la bannière pour accéder à l'article

 

 

LE 28 OCTOBRE 2011

LA FIN DU CALENDRIER MAYA...

ET L'AMORCE D'UNE NOUVELLE AVENTURE TERRESTRE.

 

Basé sur les recherches de Carl Johan Calleman, le 28 octobre 2011 marquerait la fin du calendrier maya, et donc des 9 cycles ou dimensions d’évolutions de notre conscience.


Si l’on se réfère au calendrier maya Tzolkin, le 28 octobre 2011 correspond à la dernière tonalité Galactiques, la 13e ~ l’ASCENSION, et au signe Solaire Sacrés ~ SOLEIL (Ajpu-Ahau). C’est donc un jour d’ASCENSION SOLAIRE nous offrant l’opportunité d’être guidé par les sages vers une étape supérieure d’évolution de notre conscience. Celle de la 10e dimension, qui marque l’atteinte de l’Union de nos 9 niveaux de consciences.


C’est ce que représente la vibration du 29 octobre qui correspond à la tonalité Galactique 1 – l’UNITÉ, et au signe Solaire Sacré ~ CROCODILE (Imox-Imix). Marquant ainsi l’amorce d’une nouvelle conscience ouverte à la réception des messages et des enseignements provenant de l’énergie créatrice primordiale, l’Un.

C’est notre 6e dimension de conscience, associée à notre corps mental, qui nous permet de traduire ces messages et de profiter de ces enseignements. Ce corps est le véhicule de trois facultés qui constituent notre plan mental.

 


La première est notre faculté mentale dite concrète, qui correspond astrologiquement aux systèmes de Jupiter et de Saturne qui agissent en complémentarité. C’est notre mental concret qui organise et structure ces multiples données. 


La seconde partie de notre corps mental, que l’on qualifie d’abstrait, est associé astrologiquement aux systèmes d’Uranus et Neptune. Notre faculté uranienne est à la source de notre processus créatif qui nous permet d’instaurer de nouvelles conditions qui provoqueront le désir de remplacer les anciennes structures. Alors que notre faculté neptunienne se manifeste par l’émergence d’une forme pensée que l’on appelle un pressentiment, que l’on peut associer à la notion du mental intuitif.

La troisième constituante de ce corps et appelée le mental égoïque, qui correspond astrologiquement à Chiron, dont le rôle est d’harmoniser toutes ces différentes facultés de notre corps mental qui à première vue semble disparate.

C'est l'énergie de notre plan mental que nous devons apprendre à maîtriser si nous désirons accéder à la 10e dimension.


On peut donc percevoir toute l’importance de Chiron, d’Uranus et de Neptune dans la présente période évolutive pour l’humanité, puisqu’ils nous permettent de prendre conscience de l'Universalité de notre être et du lien qui nous unit à l'Univers.


Du point de vue de l’astrologie, on peut remarquer l’interaction de ce trio le 28 octobre (2011), alors que Neptune se retrouve 28°11 Verseau conjoint à Chiron 0°44 Poissons, ce duo étant en aspect à Uranus 1°22 Bélier. Tous ces astres forment des aspects plus ou moins serrés avec le point définissant le Centre de notre Galaxie, 27° Sagittaire, et lié à notre 9e dimension de conscience, celle où l’on partage nos expériences et nos connaissances avec toutes les autres entités ayant atteint ce niveau de conscience.


On retrouve également en conjonction exacte avec Neptune l’astéroïde Quetzalcoatl, 28°56 Verseau. Cet astéroïde nous pointe toute l’importance de développer, dans la présente période de transition, notre faculté neptunienne associée au mental intuitif, car c’est cette faculté qui va nous permettre de pénétrer les nouveaux champs d’exploration de notre conscience, et donc d’aborder les nouvelles réalités de notre univers spirituel.


Quetzalcoatl est une figure qui représente un être qui a atteint un état d’harmonisation entre ses multiples Corps, son Âme et son Esprit, lui permettant d’être en totale symbiose avec l’Univers. C’est pour cette raison que son essence se manifeste sous l’avatar d’un serpent à plumes. Puisque le serpent évoque le processus de descente et d’ancrage dans la matière dense de la réalité physique terrestre de la 3e dimension, et que l’oiseau représente notre capacité de pouvoir transcender les limites de la 3e dimension et d’établir le contact avec les dimensions plus subtiles de la réalité. 

Ce paradoxe symbolique entre le serpent et l’oiseau met justement l’emphase sur l’une des fonctions primordiales de Quetzalcoalt, soit d’éveiller notre conscience au sens global du processus de l’interaction universel afin que l’on redevienne pleinement conscient de notre divinité cosmique, nous permettant ainsi d’être en symbiose avec la vibration christique de l’Unité cosmique.

 
Ce 28 octobre (2011), on retrouvera également le Soleil 5° Scorpion, exactement en opposition à Jupiter 5° Taureau, une complémentarité énergétique qui marque l’expansion (Jupiter) de notre conscience (Soleil). On peut également remarquer que ce tandem est en aspect avec Pluton 5° Capricorne. L’une des fonctions de Pluton est de nous montrer les changements qui se doivent d’être accomplis pour permettre à notre âme de progresser sur les voies de l’évolution afin de nous permettre de sortir des zones ténébreuses de notre inconscient.


La dynamique céleste est donc en symbiose avec l’opportunité qui se présente à l’humanité d’amorcer l’aventure de l’exploration de la 10e dimension, celle de l’Unité.

 

"Par la méditation et la prière nous apprenons à communier avec les régions supérieures, à projeter vers le Ciel la partie la plus subtile de notre âme, pour qu’à son retour elle nous rapporte des éléments nouveaux, plus spirituels, que nous ne possédions pas. Ainsi, au lieu de répéter éternellement les mêmes fautes, les mêmes comportements erronés ou la même médiocrité, nous arriverons à nous dépasser.

Si les animaux évoluent très peu, c’est parce qu’ils sont privés de cette faculté de projection que possèdent les humains. Depuis des milliers d’années ils se reproduisent toujours identiques à eux-mêmes, et s’ils évoluent, c’est surtout grâce à leur contact avec l’homme.

Tandis que l’être humain, qui a le pouvoir de se projeter dans les régions divines, attire à lui des éléments plus purs, plus lumineux, et c’est ainsi qu’il arrive à se dépasser, à se créer lui-même, à réaliser des oeuvres grandioses. On appelle cela l’évolution."

 

 

"Ne cherchez plus tellement votre bonheur à l’extérieur de vous, car l’essentiel de ce dont vous avez besoin se trouve en vous, dans votre monde intérieur. Je vous dirai même que, dans l’avenir, les humains seront capables de condenser leur monde intérieur jusqu’à le faire exister dans la matière : ce dont ils auront besoin dans le plan physique, ils sauront le créer, lui donner forme et consistance.

Oui, comme Dieu a créé le monde, l’homme sera capable de créer son monde extérieur.

Pour le moment, c’est lui qui est à la merci du monde extérieur, il le subit, il n’a pas l’impulsion nécessaire pour remédier, pour faire face, et il succombe. Si quelque chose de bon pour lui se présente du dehors, il est un tout petit peu satisfait ; mais s’il n’y a rien, il se sent pauvre et démuni. Ce n’est pas fameux comme situation !

Préparez-vous pour cet avenir où vous serez tellement maître de vous-même que vous pourrez faire du monde extérieur le reflet de votre vie intérieure. Ce sera alors pour vous la splendeur, l’immensité, la toute-puissance."

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

Ian Xel Lungold, un messager de La Lyre

L’âme de Ian Xel Lungold est venue s’incarner une nouvelle fois le 26 janvier 1949. Elle s’est désincarnée le 16 novembre 2005.

Comme je l’ai mentionné au début de cet article, Ian est l’un des principaux vulgarisateurs et diffuseurs du savoir concernant le calendrier maya. Mes recherches personnelles concernant La Lyre me poussent à examiner  le thème des gens qui ont ce genre de « mission », car comme je l’ai mentionné précédemment, c’est de La Lyre que se déverse sur la Terre le flot de la connaissance qui se diffuse par l’intermédiaire des messagers de La Lyre. A mon avis, Ian est l’un d’eux.

 

Ian Xel Lungold

 

Pour ce faire, je me limite actuellement à examiner l’interaction des astres avec deux des principales composantes de la constellation de La Lyre, soit son étoile Alpha, Véga, qui se situe 20°34 Sagittaire en sidéral Fagan, et la nébuleuse planétaire M57, dite, La Lyre, qui se situe 26°20 Sagittaire en sidéral Fagan.

Voici ce que j’ai noté dans le thème de naissance d’Ian (son heure et son lieu de naissance sont inconnus). D’abord, en 1949, les positions tropicales de Véga et de M57 étaient respectivement : 14°35 Capricorne et 19°21 Capricorne.

 

Ian.GIF (38802 octets)

Thème de naissance d'Ian Xel Lungold ( heure inconnue)

Cliquez sur l'illustration pour voir le thème

 

À cause de l’immense intérêt d’Ian pour la culture maya, j’ai examiné en premier lieu la position de l’astéroïde 1915Quetzalcoatl, 14°05 Taureau[27], pour constater qu’il forme un trigone exact à Véga (orbe de 0°30). Dans la courte autobiographie d’Ian, que l’on retrouve sur son site web, il mentionne avoir eu souvenir d’avoir été dans un lointain passé un maya, et d’avoir été envoyé à notre époque pour acquérir les habilités nécessaires pour lui permettre d’enseigner à l’humanité l’importance du calendrier Maya.

La notion de messager se retrouve dans l’essence de la planète Mercure et de son équivalent grec Hermes qui se manifeste par l’intermédiaire de l’astéroïde n°69230[28] . Dans le thème d’Ian, Mercure se retrouve 20°0 R Verseau ( signe du déversement de la connaissance) formant un demi-sextile très exact à M57 (orbe de 0°39) ; et Hermes se situe 12°59 Capricorne étant en conjonction avec Véga ( orbe de 1°36).

L’enseignement de la connaissance concernant le calendrier maya rejoint le principe grec des rituels initiatiques de la révélation des secrets des grands mystères d’Éleusis, symbolisé par la planète naine 1Cérès. On la retrouve dans le thème d’Ian, 20°55 R Lion formant un quinconce serré à M57 (orbe de 1°34). Le quinconce est un aspect lié à l’essence du signe de la Vierge, et donc, étroitement lié à l’essence de Cérès. On a donc ici une double indication de l’attribution à cette âme d’un rôle et d’une responsabilité de service envers l’humanité dans le but de favoriser son évolution. La présence de Cérès dans le signe du Lion met également l’accent sur le fait que c’est dans ce signe que l'Être humain prend conscience de soi, de son environnement, et par conséquent de son intégration au TouT.

Un autre astéroïde est également révélateur du rôle de Ian, c’est 58534Logos[29], qui se situe 21°51 R Gémeaux, et donc qui forme un autre quinconce serré à M57 ( orbe de 2°30). L’essence de Logos symbolise le Verbe de Dieu. Dans le cas d’Ian, il rejoint le concept néo-platonicien d’un Être qui sert d’intermédiaire entre Dieu et l’humanité, dans ce cas précis, il est le porte-parole de l’un des sept groupes de Maîtres de La Lyre. Le signe du Gémeaux vient également renforcer cette notion en favorisant les contacts sociaux.

Mon attention fut également attirée par l’astéroïde 3671Dionysus qui se situe 15°32 Poissons formant ainsi un sextile très serré à Véga (orbe de 0°57). L’un des principes constituant la très complexe essence de Dionysos, c’est le fait de remettre en question le principe qui met une barrière infranchissable entre les dieux et les hommes. C’est le dieu des petites gens étranger à l’aristocratie. Il favorise donc la diffusion de la connaissance à tout être humain désireux de s’élever au niveau des Maîtres et des dieux.  Ian en servant de porte-parole aux Maîtres et aux dieux, en nous dévoilant les secrets de l’évolution de l’Univers, a effectivement fait tomber cette barrière. À nous de profiter de ses enseignements.

Trois autres éléments de son thème son des indicateurs de la capacité d’Ian de pénétrer et capter intuitivement la CONNAISSANCE émanant du TouT et ainsi fusionner et avoir une perception de l’Univers dans sa globalité: Neptune se situe 15°09 R Balance et forme un carré à Véga ( orbe de 0°34) ; Pluton 15°36 R Lion qui forme un quinconce à Véga ( orbe de 1°01) ; la Lune Noire[30] 21°07 Poissons qui forme un sextile à M57 ( orbe de 1°46).

Une autre combinaison de petit astre forme un carré à M57, alors que 3Junon et 90377Sedna se retrouvent en conjonction exacte 22°25 Bélier (orbe de 3°04). Sedna symbolise la capacité d’établir un lien, un pont,  avec la partie de notre psyché qui correspond à l’énergie galactique, et donc avec l’Esprit. Junon est l’astre qui intervient dans nos relations avec nos partenaires. Mais dans le contexte de l’évolution de l’âme, ce principe prend une tout autre dimension, car nos partenaires deviennent les êtres spirituels qui habitent les autres dimensions de notre réalité. Cette combinaison met donc encore une fois l’accent sur les liens unissant Ian au Maîtres de La Lyre et l’essence du signe du Bélier souligne le fait qu’il soit soutenu par ces partenaires dans son rôle d’être l’un des pionniers de la diffusion du savoir concernant le calendrier maya. Cette passion qui l’habitait, propre à l’essence du Bélier, est également mise en évidence par la présence de Mars 17° Verseau ( le signe du déversement de la connaissance) qui forme un demi-sextile à Véga (orbe de 2° 25)

Ian était également un artiste, un bijoutier, et c’est en commençant à graver les symboles mayas, pour en faire des pièces de bijoux, qu’ils commencèrent à l’éveiller à la connaissance du calendrier. Connaissance qui était toute nouvelle pour lui, mais en même temps qui lui semblait si familier. On retrouve une partie de son expérience à travers la conjonction très exacte de Vénus et Jupiter 16°10 Capricorne, et donc en conjonction avec Véga ( orbe de 2°35). Vénus symbolise l’amour du terrestre d’où émane la création de la beauté (régent du signe du Taureau), elle est donc lié à son métier de bijoutier. Mais également, Vénus nous conduit à développer notre sens de la filiation ( Vénus régent ésotérique des Gémeaux), mettant encore une fois ici en évidence le lien qui unit Ian aux Maîtres de La Lyre. L’apport de Jupiter, lié à notre faculté mentale concrète, lui a permis de mémoriser les connaissances transmissent par les Maîtres de La Lyre, de les analyser, de les raisonner et de les organiser en un tout cohérent et diffusable.

Un dernier élément, et non le moindre, c’est l’interaction entre l’astéroïde 1862Apollo 22°06 R Gémeaux à M57 ( orbe de 2°45), et ce, par l’intermédiaire d’un autre quinconce ( notion du service). Apollon est le premier porteur, et donc, représentant de la Lyre. Il est également le fils et le prophète de Zeus, le dieu des dieux. En tant que prophète, Apollon n’est que l’exécuteur des volontés de son père parlant en son nom pour faire connaître son message à l’humanité.

Encore une fois, le rôle d’Ian était bien celui d’un prophète, celui d’un messager de l’Olympe, de La Lyre.

 

R.D ( 2 - Humain - Aigle)

Lachine, le 21 octobre 2007 à 11 h 02.

 


Pour en savoir plus sur le calendrier maya

cliquez sur le Hunab Ku 

 

[20] Hominidé découvert en Afrique du Sud, qui était en mesure de tailler la pierre et de faire du feu et qui, selon une théorie récente, serait l’ancêtre des grands singes actuels, après un retour à la quadrupédie. Selon les plus récentes découvertes, l’australopithèque gracile serait l’ancêtre du chimpanzé tandis que l’australopithèque robuste serait celui du gorille. (Cf : Antidote)

[21] Hérodote cite Menei comme étant le premier roi d'Égypte, nom qui correspond au Méni des listes royales du papyrus de Turin et de la table d’Abydos. Selon Manéthon, il fut l’unificateur et le premier roi d’Égypte. Le privilège d’être père fondateur de l’Égypte est disputé à Ménès, bien que la tradition lui confère ce titre , par Narmer le premier roi du Nord et du Sud et par Aha le premier pharaon enterré à Saqqarah.

[22] 1755, marque le début de la Révolution industrielle en Europe, alors que les premiers espaces à s'être industrialisés ont été la Grande-Bretagne et la Belgique à la fin du XVIIIe siècle, La Révolution industrielle se caractérise par le passage d'une société à dominance agraire à une société industrielle et dont les conséquences affectèrent profondément l'économie, la politique et la société.

[22a] Les Indiens utilise le terme "médecine" lorsqu'ils s'adressent aux Blancs, pour désigner toute ce qui est relié au monde du sacré et du spirituel, tant pour les substances qui avaient un effet thérapeutique que pour celles qui avaient un effet "magique". cf: Daniel Lamarre ~ La roue de médecine des Indiens d'Amérique ~ Éditions Québecor ~ 2007.

[23] Richard Doyle ~ Les Nouvelles Frontières de l’astrologie ~ L’intuition, page 318. Éditions du Rocher, septembre 2006.

[24] L’événement « FIRE THE GRID ».

[25] " Une pensée est donnée, un symbole est décrit, une idée illustrée ; alors, les hommes méditent sur ces données, et que les intuitifs captent cette pensée, celle-ci devient une pensée-semence qui, à un moment donné fructifiera sous forme d'une " révélation " capable de conduire la race des hommes plus près de son but. C'est la méthode employée pour toute forme de " révélation ". Le maître Djwal Khul ~ Alice A. Bailey, Astrologie Ésotérique, Association Lucis Trust, troisième édition, 1991, page 522.

[26] Le 5e jour de chacun des cycles est celui qui favorise la plus grande ouverture, et donc le plus grand déversement de CONNAISSANCE. Le système solaire prit naissance lors du 5e jour de l’Inframonde cellulaire; la vie animale commença à émerger hors de l’eau pour continuer son évolution sur le sol lors du 5e jour de l’Inframonde mammifère; lors du 5e jour de l’Inframonde tribal émergea l’utilisation du Feu; l’art se développa lors du 5e jour de l’Inframonde régional ou culturel; l’enseignement de Jésus-Christ se déploya lors du 5e jour de l’Inframonde national; les apparitions de la Vierge Marie à Fatima se produisirent lors du 5e jour de l’Inframonde planétaire, ainsi que la diffusion de la théorie sur la relativité générale de Einstein, E=MC2; l’ouverture d’une fenêtre de déversement de connaissance émanant des Mâitres de La Lyre s’amorça lors du 5e jour de l’Inframonde galactique.

[27] De plus, Quetzalcoatl du thème d'Ian se trouve à être très exactement conjoint à mon propre Soleil. Ce qui apporte une forme d’explication au fait que c’est par l’intermédiaire des vidéos et des conférences de Ian que j’ai été initié à la connaissance du calendrier maya.

[28] L’astéroïde Hermes fait partie du groupe des Apollos qui se concentre entre le Soleil et l’orbite de Jupiter.

[29] L’astéroïde Logos fait partie du groupe des cubewanos situé au sein du disque de Edgeworth-Kuiper.

[30] L’une de mes réflexions sur le rôle de la Lune Noire, c’est qu’elle est une sorte de porte des étoiles (Stargate) qui nous confère la possibilité de se « connecter » instantanément à toutes entités constituant notre Univers.

 

 

Revenir à la page 1

La connaissance de notre environnement

Qu’est-ce qu’un calendrier?

Une seule Loi

Le calendrier grégorien

 

Revenir à la page 2

Les calendriers mayas

Carl Johan Calleman

La structure du calendrier maya

 

Retour au début de la page 3

Les cycles constituant le calendrier

Ian Xel Lungold, un messager de La Lyre

Pour en savoir plus

 

 


 

 

Sauf si annoté autrement,

 les extraits du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov,

que vous retrouvez sur le site de " La Lyre du Québec ", 

sont reproduits avec l'autorisation de Prosveta © 

 


La Lyre du Québec / CopyCentered ~ Offert gratuitement sans condition

mise à jour 27 décembre 2011