Science CHIRONienne

Astrologie thérapeuthique



Pensée-semence  

Les choses n'attendent pas qu'on y croie pour exister,

elles existent, simplement, attendant patiemment qu'on les découvre.

Pensée amériendienne   


Suivez-nous
Un livre... un site web
"La Lyre du Québec"

s'inscrit dans la continuité du livre

« Les Nouvelles Frontières de l’astrologie ».

Les Nouvelles Frontières de l'astrologie

articles.php?lng=fr&pg=441

(plan du site web)

 

Vidéo-conférence qui fut l'embryon du livre, et donc de ce site web.

C'est donc la meilleur forme d'introduction au contenu du site.

Vidéo-conférence - Un nouveau chantier symbolique - la microAstrologie

Les inspirations d'Antoine de Saint-Exupéry

Vidéos-conférence

Trois vidéos-conférence
extraits de


L'Être Cosmique


(cliquez sur l'image)

L'expansion
de notre conscience

 

Recherche sur le site



Bloc d'articles

Regroupement de différents articles touchant un sujet particulier

La musique céleste

Gustav Holst

Son oeuvre "Les Planètes"

holst2.jpg      

     

Visites

 471793 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

08.[169] Neptune, la dernière grande planète - Neptune - La découverte



 

 Neptune
la 8e, et dernière planète de notre système solaire contemporain.

 

 


Liberté, Égalité et Fraternité


par Richard Doyle

page 1 de 4

 

 
 

Je vous présente cet article (diffusé pour la première fois le 22 juin 2009 dans le mensuel d’Univer-site, Reconnaissance n° 122) alors que la Nouvelle Lune du 11 juillet 2010 ~ 19°23 Cancer (tropical) ~ sera l'occasion d'une éclipse solaire totale.

De plus, Neptune se situe 28°17 Verseau ~ conjoint à Chiron 0°19 Poissons, sextile à 1992QB1[1] 26°42 Bélier et sextile au Centre Galactique 27°01 Sagittaire ~ une combinaison astrologique indicateur d'une ouverture de la conscience de masse (essence du signe du Cancer sous la régence de Neptune) vers la conscience universelle (essence du signe du Verseau).


[1]C’est au début des années 90 que l’on commença à découvrir un NOUVEAU GROUPE de petit astre orbitant au delà de l’orbite de Neptune, ceux du disque de Edgeworth-Kuiper et que l’on peut symboliser par son premier représentant 1992QB1, car il contient ce que l’on pourrait appeler l’essence de la nouvelle génération. 


Vous me direz… pourquoi ce titre : Liberté, Égalité et Fraternité, au moment de la nouvelle Lune en Cancer?

Je vous dirai que je me réfère une fois de plus à l’enseignement du Maître Djwal Khul[2], qui mentionne que la triple régence du signe du Cancer est assumé d'abord au niveau orthodoxe par la Lune, et que la régence ésotérique et hiérarchique sont tout deux assumé par Neptune.


Bon, d’accord me direz-vous. Mais en quoi est-ce que Neptune est lié  à la Liberté, l'Égalité et la Fraternité, des valeurs qui sont véhiculées par l’essence du signe du Verseau?


C’est ce que vous allez découvrir en lisant ce petit article, comme je l’ai moi-même découvert au fur et à mesure que je l’ai écrit.

[2]L’enseignement du Maître Djwal Khul, retranscrit sous la plume d'Alice A. Bailey, définit trois niveaux de régence, ou de gouverne par un astre par signe : l’orthodoxe qui régit notre expérience dans notre Corps physique et notre environnement matériel (3e dimension); l’ésotérique qui régit l’expérience de notre Âme dans notre environnement spirituel (4e dimension); le hiérarchique qui régit l’expérience de notre Esprit (5e dimension) dans notre environnement Universel ou Galactique. 

 


 

 Neptune, la découverte


 


Galilée
(astéroïde 697Galilea)

 

Cette planète, qui semble avoir échappé à l’œil des astronomes de la renaissance, fut cependant observée, sans être identifiée à une planète, par Galilée, alors que le 28 décembre 1612, en observant Jupiter, Neptune était angulairement proche de Jupiter.
 


 


Galilée la répertoria sur l’un de ces dessins comme étant une étoile de magnitude 8[3] qu’il remarquât une nouvelle fois le 28 janvier 1613 en constatant même qu’elle s’était déplacée par rapport aux étoiles environnantes, mais il n’en tira aucune conclusion, et son observation resta sans suivi.

 


 

David Jamieson de l'Université de Melbourne a avancé (en 2014) l'argument que Galilée avait bien vu que cette étoile s'était déplacée, et qu'il avait très bien réalisé que ce point lumineux était une planète. Jamieson pense que Galilée avait annoncé cette découverte dans une anagramme, mais que l'Église catholique l'aurait soit dérobé à l'attention du public ou détruit ce document[3a]

 

 

[3]Avec une magnitude apparente de 8,0, Neptune est environ quatre fois moins brillante que les étoiles visibles à l'oeil nues, les plus faibles comportant une magnitude apparente de 6,5.

[3a] Cosmic Quest: Who really discovered Neptune? By Geoff Gaherty .

 


 

 
Joseph Jérome Lefrançois de Lalande
(astéroïde 9136Lalande)

 

Cette « étoile » fut également observée par Joseph Jérome Lefrançois de Lalande le 10 mai 1795 et un peu plus tard par John Herschel, le fils du découvreur d’Uranus, William Herschel, mais toujours sans réaliser que cet astre était une planète.


 
John Herschel
(astéroïde 2000Herschel)

 

 

La découverte d’Uranus fut l’occasion de modéliser sous forme de tables la trajectoire de cette planète à partir des lois newtoniennes de la mécanique céleste.  Durant 40 ans la planète sembla suivre correctement la trajectoire calculée. 

Mais en 1821, l’astronome français Alexis Bouvard révisa les tables et constata certaines anomalies qui laissaient croire qu’Uranus s’écartait de sa trajectoire théorique, ce qu’il put confirmer uniquement vers 1830.

 

À cette époque, la conclusion semblait évidente, et le mouvement d’Uranus se devait d’être perturbé par une autre planète. Cependant, dans les années 1970, les calculs des trajectoires des sondes d’exploration spatiale Voyager ont démontré que Neptune possédait une masse inférieure à celle estimée auparavant, ainsi, en considérant cette nouvelle masse, les divergences dans les mouvements des planètes Uranus et Neptune devenaient infimes.
 

 

    

Adams ~ Le Verrier ~ Galle


C’est vers 1846 que l'astronome britannique John Couch Adams[4] après cinq ans d’analyse théorique détermina la localisation céleste et les caractéristiques du corps qui semblait venir perturber l’orbite d’Uranus. À la même époque, François Arago[7], le directeur de l'Observatoire de Paris, conseilla à l'astronome français Urbain Jean Joseph Le Verrier[5] d'amorcer une étude similaire, qu’il termina plus rapidement qu’Adams. Les deux chercheurs arrivèrent à la même conclusion, et ils calculèrent la position de ce corps céleste pour une certaine date.

Le 18 septembre 1846, le jeune mathématicien Le Verrier faisait connaître à Johann Gottfried Galle[6], de l’observatoire de Berlin, la position de la planète à rechercher. 

Galle reçue la lettre le 23 septembre 1846, et dans la nuit du 23 au 24, assisté de Louis d’Arrest, un étudiant en astronomie, il découvrit un astre qui correspondait aux spécifications théoriques de Le Verrier et d’Adams.

Le 25 septembre, Galle écrivit à Le Verrier: "La planète dont vous avez signalé la position existe réellement." La différence entre le calcul et l'observation ne dépassait pas un degré sur la voûte céleste.

 


Galle venait de découvrir Neptune, du nom du dieu romain de la mer, des navires, de la navigation, des sources et des fleuves; fils du dieu Saturne, frère de Jupiter et de Pluton; assimilé au dieu grec Poséidon et généralement représenté sous les traits d'un vieil homme majestueux, portant un trident.
 

 

Voici un premier indice du lien entre Neptune et le signe du Verseau.

Neptune fut découvert le 23 septembre 1846, définissant son Point de Révélation tropical sur le 25°53 du signe du Verseau et son Point de Révélation sidéral (Fagan) sur le 3°18 également dans le signe Verseau.

Mais Neptune se situait également dans la constellation du Verseau.

À noter qu’au moment de sa découverte, Neptune était très exactement en conjonction avec Saturne 25°10 en Verseau, le Seigneur des anneaux, se référant ainsi à l’axe Cancer/Capricorne.

 

Avec la découverte de cette nouvelle sphère planétaire, les limites de notre système solaire furent de nouveau repoussées, passant de 20 à 30 UA, alors qu’avant cette découverte Uranus était devenu depuis 65 ans la référence nous permettant de définir la limite de notre système planétaire.
 

 

Peu après, en 1848, l’astronome anglais, William Lassell, découvrit le premier et le plus gros satellite de Neptune; Triton.
 

L’apparition de Neptune et Triton dans la conscience de l’humanité nous a permis de franchir les limites de notre perception visuelle, alors qu’ils nous faisaient pénétrer dans le domaine de « l’invisible ».

Également, puisque la découverte de Neptune fut basée uniquement sur des calculs théoriques, elle constitua également l’apothéose de l’application des notions newtoniennes de la mécanique céleste, puisqu’avec le recul du temps, on a pu constater que cette découverte marqua le début d’une période qui nous amènera à Albert Einstein et ses théories de la relativité, qui elles, remettront en cause le dogme newtonien dans des domaines particuliers.


Ainsi donc, les lois du mouvement et de la gravitation universelle qui avaient guidé les scientifiques au cours des deux derniers siècles allaient être frappées aussi fortement qu’elles avaient elles-mêmes frappé le dogme ptolémien.
 



[4] John Couch Adams (astéroïde nº 1996Adams) est un mathématicien et astronome britannique né le 5 juin 1819 à Laneast, dans les Cornouailles. Mars dans son thème de naissance (27°10 Bélier) forme un trigone à Neptune (27°40 Sagittaire), tous deux étant en aspect avec le Point de Révélation de Neptune (25°53 Verseau).
 

[5] Urbain Jean Joseph Le Verrier (astéroïde nº 1997Leverrier) est un astronome et mathématicien français né le 11 mars 1811. Mercure dans son thème de naissance ( 27°01 Verseau) est conjoint au Point de Révélation de Neptune (25°53 Verseau). 


[6] Johann Gottfriend Galle (astéroïde nº 2097Galle) est un astronome allemand né le 9 juin 1812 à Postdam. Mercure dans son thème de naissance (25°28 Taureau) forme un carré exact au Point de Révélation de Neptune (25°53 Verseau), alors que Jupiter de son thème de naissance (11°07 Cancer ~ signe de la régence de Neptune) est très exactement conjoint à l'étoile Sirius du Grand Chien, qui forment un quinconce (150°) à Neptune (11°50 Sagittaire).


 [7]  Dominique François Jean Arago (astéroïde nº 1005Arago) est un astronome, physicien et homme politique français né le 26 février 1786. Mercure dans son thème de naissance ( 21° 51 Verseau) est dans le même décan que le Point de Révélation de Neptune (25°53 Verseau), alors que Neptune se retrouve 16°21 R Balance carré à Uranus (17° 11 Cancer ~ signe de la régence de Neptune) et opposition Jupiter ( 15° 59 Bélier). On peut également observer un quinconce (150°) à Sedna 16°25 Poissons et  un carré à une triple conjonction Éris/Vesta/M57Lyrae 17° Capricorne.

 

 La suite de l'article ... Neptune, la dernière planète ...

 



 

 


Date de création : 03.07.2010 @ 09:37
Dernière modification : 30.08.2014 @ 18:28
Catégorie : 08.[169] Neptune, la dernière grande planète
Page lue 6830 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !


Merci

Son langage simple et la sagesse de ces propos,
font d'Omraam Mikhaël Aïvanhov un grand pédagogue de la spiritualité.

Il a su nous inspirer la Science Cosmique de l'Âme.

Sauf si annoté autrement, les extraits du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov que vous retrouvez sur le site de "La Lyre du Québec"
sont reproduits avec l'autorisation de Prosveta ©.

 


^ Haut ^