Science CHIRONienne

Astrologie thérapeuthique


AVIS

9 février 2017: L'outil de recherche des noms d'astéroïdes du site "True-Node Astrology" est de nouveau NON disponible . Cependant, vous pouvez utiliser la liste du MPC  en utilisant la fonction Ctrl+F ou encore "Recherche" de votre fureteur... cette liste étant toujours à jour. 


Suivez-nous
Un livre... un site web
"La Lyre du Québec"

s'inscrit dans la continuité du livre

« Les Nouvelles Frontières de l’astrologie ».

Les Nouvelles Frontières de l'astrologie

articles.php?lng=fr&pg=441

(plan du site web)

 

Vidéo-conférence qui fut l'embryon du livre, et donc de ce site web.

C'est donc la meilleur forme d'introduction au contenu du site.

Vidéo-conférence - Un nouveau chantier symbolique - la microAstrologie

Les inspirations d'Antoine de Saint-Exupéry

Vidéos-conférence

Trois vidéos-conférence
extraits de


L'Être Cosmique


(cliquez sur l'image)

L'expansion
de notre conscience

 

Recherche sur le site



Bloc d'articles

Regroupement de différents articles touchant un sujet particulier

La musique céleste

Gustav Holst

Son oeuvre "Les Planètes"

holst2.jpg      

     

Visites

 451018 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

05. La connaissance cosmique - On découvre l'invisible - infrarouge / ultraviolet

 
 
 


Chapitre 05

La connaissance du cosmos

On découvre l'invisible

La recherche de la planète "manquante"

Page 111

 


À la fin du XVIIIe siècle, stimulé par la découverte d’Uranus, qui venait de mettre au premier plan l’étude de Titius, Johann Elert Bode* et le baron von Zach* constituèrent un groupe d'observateurs dans le but de découvrir la planète « invisible » que l’étude situait hypothétiquement entre les orbites des planètes Mars et Jupiter.

Cependant, le groupe fut devancé par le prêtre et astronome italien Giuseppe Piazzi*, qui découvrit « par hasard » le 1er janvier 1801 un petit astre dont l'orbite se situait très exactement à la distance prédite entre celles de Mars et de Jupiter, venant ainsi combler la lacune mise en évidence par la loi de Titius-Bode. Piazzi nomma cet astre, Cérès. Mais surprise ! On découvrit en 1802 un autre petit objet se déplaçant dans cette lacune, et encore un autre en 1804, et un autre en 1807. On les nomma Pallas, Junon et Vesta, toutes des déesses de la mythologie romaine. La « ceinture principale d'astéroïdes » venait d’émerger dans la conscience humaine, non seulement parce qu’elle venait combler une lacune dans l’harmonie mathématique de la structure du système solaire, mais également parce qu’elle venait établir une nette démarcation entre les astres telluriques et gazeux. De plus, il est intéressant de noter que tous les astéroïdes découverts depuis cette époque, et ils sont nombreux, sont tous
invisibles à l’œil nu, à l’exception de Vesta.


 

Observation en date du 30 octobre 2013 :


Voici un parallèle intéressant concernant cette notion de « découverte de l’invisible » et la période qu’elle se situe dans l’histoire.


William Herschel est bien connu pour sa retentissante découverte de la planète Uranus en 1781, mais il fit une autre retentissante découverte… en 1800.


Il découvre une forme de lumière (ou radiation) au-delà de la lumière rouge, maintenant connu comme le rayonnement infrarouge. [Le préfixe infra signifie qui est au-dessous]. L'expérience de Herschel était importante parce qu'elle marquait la première fois que quelqu'un démontrait qu'il existe des types de lumière que nous ne pouvons pas voir avec nos yeux… une lumière « invisible ».


Un an plus tard, soit en 1801, Johann Wilhelm Ritter après avoir entendu parler de la découverte par Herschel d’une forme de lumière au-delà de la portion rouge du spectre lumineux, décide de mener des expériences pour déterminer si il existerait également de la lumière invisible à l’autre extrémité du spectre lumineux, au-delà de la portion violette. Il découvrit ce que l’on nomme la lumière ou le rayonnement ultraviolet [le préfixe ultra signifie au-delà de].

 


Découverte de rayonnements invisibles à l’œil nu… à la même époque que la découverte d’objets invisibles à l’œil nu… le hasard, c’est le résultat de la réalisation du plan divin, et donc de la manifestation d’éléments qui nous permet d’accroître notre « Connaissance » de notre environnement matérielle, qui est la science de l’aspect matériel de notre évolution; ce qui nous permet d’accroître notre « Compréhension » de qui nous sommes en tant que Penseur dans le Temps (l’Âme); ce qui nous permet d’atteindre la « Sagesse » qui est la science de l’Esprit.

 

     

Références
 

Herschel discovers infrared light

Éphémérides de l'astéroïde 2000 Hershel
 

Ritter discovers ultraviolet light

Éphémérides de l'astéroïde 10781 Ritter
 

“Connaissance, Compréhension et Sagesse”

inspirée du livre « Initiation Humaine et Solaire » d’Alice Ann Bailey.  
 

 


 

 


Date de création : 30.10.2013 @ 19:00
Dernière modification : 01.11.2013 @ 16:28
Catégorie : 05. La connaissance cosmique
Page lue 2267 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


Réactions à cet article


Réaction n°1 

par proserpine2611375923 le 23.11.2013 @ 15:53

Quel bonheur d'avoir pu lire toutes ces explications  j'avais déjà lu sur

Uranus mais pas avec autant de détail   les explications sur Pallas, Junon Vesta vont renforcer ma curiosité sur ces déesses   quel joie de pouvoir s'enrichir l'esprit de cette façon

je pense que je vais ressortir mes livres sur Omraam, je les ai lu, il y a longtemps, mais je vais en ressortir

il y a tellement de livres que  je voudrais relire, et tellement d'enseignements

sur la poursuite de la recherche en astrologie que je pense que la vie passe trop vite   j'ai lu une bonne partie des phrases qui vont droit à mon esprit pour

ne pas dire au cœur

voilà j'espère n'avoir pas débordé du sujet

Yvette

 

Merci Yvette pour ton commentaire... et bonne recherche

RichardD


Merci

Son langage simple et la sagesse de ces propos,
font d'Omraam Mikhaël Aïvanhov un grand pédagogue de la spiritualité.

Il a su nous inspirer la Science Cosmique de l'Âme.

Sauf si annoté autrement, les extraits du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov que vous retrouvez sur le site de "La Lyre du Québec"
sont reproduits avec l'autorisation de Prosveta ©.

 


^ Haut ^